Pourquoi Sainte-Anne est importante en Bretagne ?

sainte anne

À quelques kilomètres des côtes bretonnes, Sainte-Anne-D’auray est un lieu hautement spirituel où Sainte-Anne, grand-mère du Christ, aurait fait sa seule apparition terrestre. Ce miracle a provoqué le début d’un grand pèlerinage, auquel ont participé d’éminents personnages parmi lesquels on peut citer Napoléon III, le général de Gaulle et le pape Jean-Paul II. Mais qui est Sainte-Anne et pourquoi est-elle si importante en Bretagne ?

Histoire de Sainte-Anne, patronne des Bretons

Il existe une forte tradition selon laquelle Sainte-Anne, mère de la Vierge Marie, était originaire de la péninsule armoricaine (avant la Bretagne), région de Plonévez-Porzay dans la baie de Douarnenez. Le célèbre folkloriste Anatole Le Braz (né en 1859) a enregistré la légende selon laquelle elle a quitté la région en tant que veuve et s’est rendue en Judée. Là, elle a épousé Joachim, père de Marie, mais est ensuite retournée dans son pays natal, où une histoire moindre suggère que Jésus et Pierre sont venus lui rendre visite.

Dans la tradition chrétienne, Anne est une figure mineure des Apocryphes. Son iconographie dans l’art religieux montre une grande femme à la tête voilée, apprenant souvent à lire à sa jeune fille Marie. Dans l’église de Lampaul-Guimiliau, remarquable enclos paroissial du nord du Finistère, un extraordinaire panneau décoratif d’autel montre Anne se reposant dans son lit venant d’accoucher de Marie, qui est lavée par la sage-femme.

Sainte-Anne, mère de la Bienheureuse Vierge Marie, est la patronne de la Bretagne. Le culte de Sainte-Anne s’y pratiquait déjà au VIe siècle puisque des textes anciens mentionnent une chapelle dans le hameau de Keranna, « Ker Anna » signifiant village d’Anna en patois breton. Sainte-Anne est apparue à Keranna en 1623 à un jeune fermier nommé Yvon Nicolazic, lui demandant de reconstruire la chapelle où elle était autrefois vénérée. Elle lui rendit visite à plusieurs reprises et le conduisit à une statue en bois qui marquait l’endroit où la nouvelle chapelle devait être érigée. Yvon Nicolazic a construit une première chapelle à cet endroit, mais elle a été détruite pendant la Révolution française.

Des centaines de miracles y ont été enregistrés entre 1633 et 1684. La basilique actuelle que l’on voit aujourd’hui a été construite dans la seconde moitié du XIXe siècle pour accueillir le nombre toujours croissant de pèlerins et de fidèles.

Héritage culturel de la commune de sainte Anne

Située à quelques kilomètres des magnifiques rivages du Golfe du Morbihan et de la Baie de Quiberon, cette partie de la Bretagne présente encore d’impressionnants vestiges de son passé préhistorique, dont les Pierres néolithiques de Carnac.

Ces 3 000 pierres de granit debout en font la plus grande collection au monde. Sainte-Anne-D’auray est un important lieu de pèlerinage érigé à 6 km d’Aubray, un village de pêcheurs digne d’une carte postale. Avec ses maisons à colombages et un petit port où Benjamin Franklin a débarqué pour demander l’aide de la France dans la guerre d’indépendance américaine, l’endroit est juste historique.

La basilique néo-gothique a été construite entre 1866 et 1872 à l’endroit exact où Yvon Nicolazic, conduit par Sainte-Anne, a trouvé la statue en bois. Le sanctuaire est entouré d’un parc de 7 hectares avec de grands arbres propices à une promenade paisible, des fontaines et un impressionnant monument dédié aux soldats tombés au combat pendant la Première Guerre mondiale. En 1947, le général de Gaulle vint ici en pèlerinage. Le pape Jean-Paul II a également fait le voyage en 1996 et 150 000 personnes ont écouté son sermon. Une relique du pape repose dans la basilique depuis 2014.

basilique sainte anne auray
Basilique Sainte-Anne-d’Auray, sanctuaire et lieu de pèlerinage situé à Sainte-Anne-d’Auray dans le Morbihan.

Lieux à visiter au cours du pèlerinage

Sainte-Anne-D’auray est la capitale spirituelle de la Bretagne où Sainte-Anne fit sa seule apparition sur Terre. Les gens se rassemblent ici pour écouter le message d’amour, prier pour la protection des êtres chers ou fonder une famille. Chaque été, le Grand Pardon de Sainte-Anne est le plus grand pèlerinage de la région. De nombreuses familles se réunissent au Sanctuaire pour partager leur foi. Au cours de ce pèlerinage, vous pouvez visiter de nombreux endroits à savoir :

  • la basilique ;
  • le cloître ;
  • le parc du sanctuaire ;
  • la maison d’Yvon Nicolazic.

La basilique

Dédiée à Sainte-Anne, grand-mère du Christ, la basilique est au cœur du Sanctuaire. Les cloches peuvent être entendues à des kilomètres, indiquant le chemin à des milliers de pèlerins. Elle recèle de nombreux trésors dans ses murs, dont des reliques du pape Jean-Paul II et de sainte Anne elle-même. Découvrez également la tombe d’Yvon Nicolazic, ainsi que les sonorités majestueuses d’un orgue Cavaillès Coll.

Le cloître

Caché derrière la basilique, le cloître est l’endroit idéal pour un moment de réflexion tranquille. Il est également possible de visiter la galerie abritant l’Académie de musique et d’art sacré ainsi que des expositions temporaires.

Le parc du Sanctuaire

Sept hectares pour flâner tranquillement ou s’asseoir près de la fontaine où est apparue Sainte-Anne.

La maison d’Yvon Nicolazic

Située à 200 m de la basilique, il s’agit de la maison où vécut le messager de Sainte-Anne avec sa famille. Détruite par un incendie, elle est reconstruite en 1907 dans le style traditionnel breton et reprend le mobilier d’époque d’une chaumière du XVIIe siècle.