La règle des 5S, une méthode pour améliorer la qualité en entreprise

Les 5S: les règles d’or du Japon

Les 5S correspondent aux initiales de 5 règles japonaises permettant optimiser la productivité et la qualité des produits manufacturés. Les conditions de travail se trouvent également améliorée par cette méthode de travail. De nombreuses entreprises ont adopté ce principe pour améliorer le rendement des salariés.

La mise en place peut s’avérer difficile notamment sur le plan humain puisque un effort supplémentaire est demandé aux salariés. Toutefois, si l’implication du personnel est totale, y compris celle des cadres qui doivent eux aussi appliquer ce principe, la méthode porte rapidement ses fruits sur la qualité du travail.

Application de la règle des 5S à l'industrie
Application de la règle des 5S à l’industrie

SEIRI : Débarasser

Cette opération consiste à garder sur le poste de travail uniquement ce qui est nécessaire et à éliminer tout le reste. Cela évite perdre du temps et limite les risque d’accidents

SEITON : Ranger

Vise à aménager le poste de travail de façon à réduire les gestes inutiles et à diminuer les pertes de temps. L’organisation du poste de travail permet de gagner en efficacité sans fournir plus d’efforts

SEISO : Nettoyer

Le but de l’opération est d’assurer la propreté du poste de travail en éliminant les causes de salissure ou de désordre.

SEIKETSU : Tenir en ordre

Définition des règles qui permettent de garder le poste de travail en ordre. C’est la synthèse des 3 premières règles. Chassez le naturel, il revient au galop dit le dicton. Un effort doit être fait pour ne pas pas revenir aux mauvaises habitudes.

SHITSUKE : Respecter les règles

C’est le rôle de la hiérarchie : le but est d’encourager et soutenir le personnel à adopter et maintenir les bonnes habitudes.

Toutes les étapes sont importantes et aucune d’entre elles ne doit être négligée.  Le plus difficile est de tenir sur la durée ce qui correspond à la quatrième étape.

Plusieurs mois sont nécessaires pour ancrer ces nouvelles habitudes auprès du personnel de l’entreprise. Une trop faible implication de la hiérarchie conduit souvent à un échec.

Partager cet article !