Historique de la bourse : Les origines de la cotation des actions

L’origine historique de la bourse est difficile à déterminer de manière précise. Pour voir de premières formes d’institutions ressemblant de près ou de loin à cela, il faut se rapprocher des principaux centres économiques du Moyen-Age. En effet, la bourse ne peut pas exister sans une forme organisée de commerce et d’économie. Ainsi, Venise et Florence, les deux lieux de marchands de l’époque médiévale, avaient mis en place un système de bons du trésor et d’emprunts d’états. Cela se fit à l’aube du XIVe siècle. Ainsi, ces états organisaient véritablement des systèmes d’emprunts avec des intérêts comme cela se voit de nos jours.

sac d'or
Sac rempli d’or

De son côté, le terme de Bourse provient de la ville marchande du Nord de l’Europe, Bruges. Dans celle-ci, de nombreux marchands se retrouvaient dans un hôtel particulier de la ville qui appartenait à un homme appelé Van den Burse. A l’intérieur de cet hôtel, les marchands s’échangeaient des marchandises ou des emprunts. C’est toujours dans le nord de l’Europe que le premier bâtiment boursier, semblable à ceux d’aujourd’hui et ayant des fonctions à peu près identiques, fut fondé, cette fois-ci à Anvers. Dès le XVe siècle, en 1460 précisément, une institution fut mise en place. Véritable centre financier d’une importance capitale pour le fonctionnement de l’économie de toute cette région parmi les plus riches de l’époque, cette institution a imprimée un siècle plus tard, en 1592, une liste de côtes et de valeurs boursières pour tout un tas de marchandises prisées à l’époque. Dans les mois qui suivent ce premier exemple d’importance, les principales villes d’Europe servant de lieu d’échanges se dotèrent d’une institution semblable. Cela fut particulièrement le cas dans les pays anglophones.

Historique de la Bourse : Ses débuts en France

bellecour et fourvière
Ville de Lyon

En France, c’est à Lyon qu’émergea pour la première fois ce type d’organisation, en 1462. Quelques années plus tard, toutes les villes de taille moyenne du pays acquirent également une bourse. On vit cela à Toulouse, Bordeaux, Marseille ou encore Rouen. Finalement, celle de Paris, qui est la seule existante en France de nos jours, ne vit le jour qu’au XVIIIe siècle, en 1724. C’est le roi Louis XV qui, par un décret du Conseil d’état royal, permet la création de la bourse de Paris. Celle-ci fut alors installée dans l’actuel hôtel de Nevers. Cette création fut imaginée pour organiser l’économie après le désastre du célèbre épisode de la banqueroute de Law.

En effet, comme pour les institutions actuelles, les premières furent l’endroit dans lequel se déroulèrent des crises économiques. D’ailleurs, dès 1636, un premier krach boursier eut lieu à la bourse d’Amsterdam, à cause de la création d’une bulle autour d’un produit de grande valeur à l’époque, le bulbe de tulipe. Celui-ci avait pris une trop grande valeur. Lorsqu’un les principaux nobles retirèrent leurs avoirs de ce produit, l’institution connut des soubresauts importants et l’économie fut déréglée quelques mois durant. Mais le deuxième épisode assez notable concerna John Law. Cet Écossais créa, avec l’autorisation de la royauté française, une banque privée à Paris. Celle-ci se développe avec succès et prend même le nom de banque royale, lorsqu’il devient le siège monopolistique de l’émission de billets. Mais les possesseurs de ces billets furent pris de panique en comprenant que Law ne possédait pas dans ses caisses l’équivalent de ces billets. Le financier fit banqueroute et le roi décida de la création d’une véritable bourse pour éviter tout problème de cet ordre.

Au XIXe siècle, la principale bourse mondiale est celle de Londres, que l’on appelle depuis 1801 le London Stock Exchange. Celle-ci connait une expansion sans précédent et une hausse des échanges grâce à la révolution industrielle. L’institution londonienne devient le lieu où les industriels achètent leurs matières premières comme l’acier. D’ailleurs, de nos jours, elle reste l’endroit où se négocient des matières premières au niveau mondial, parmi lesquelles on peut citer l’argent, l’aluminium, le cuivre ou le plomb. Londres a gardé des prédominances issues de sa révolution industrielle.

Journal sur la bourse
Journal sur la bourse

Au XIXe siècle et surtout au XXe, les bourses commencent à interagir entre elles. Les échanges se font plus rapidement mais cela provoque également des désagréments. En effet, les soucis d’une bourse créent des retombées sur ses consœurs. Cela a été le cas à Vienne en 1873 lors du premier krach boursier à échelle mondiale. Cette crise, issue d’une bulle immobilière difficile à contenir et qui finit par exploser, provoque une grande dépression mondiale qui se fit ressentir jusqu’en 1896. Des banques disparaissent en France, et les institutions boursières américaines de San Francisco et de New York eurent des difficultés et subir une instabilité fréquente.

La bourse de nos jours

De nos jours, les bourses sont finalement assez peu nombreuses et sont installées avec la surveillance des États. Trois pôles importants existent: un en Asie avec l’institution de Tokyo, un grand pôle européen avec Londres, Paris et Francfort et évidemment la bourse de New-York. Chaque institution a mis en place des indices boursiers dont les plus connus sont le Dow Jones et le Nasdaq à New York ou encore le CAC 40 à Paris. Ces derniers rassemblent des entreprises pour lesquelles des milliers d’actions sont échangées chaque minute. Le CAC 40, à Paris, rassemble ainsi les quarante entreprises françaises les plus importantes en taille et en chiffre d’affaire. Ces entreprises génèrent des retombées extrêmement présentes pour une économie nationale car elles font vivre de nombreux sous-traitants et PME dans leur sillage.

L’économie mondiale actuelle s’est considérablement formée autour des bourses et se sont finalement ces dernières qui permettent ou non une croissance économique. Le fait est qu’une crise économique est toujours la conséquence d’une crise boursière. D’ailleurs, en 1929, en 1973 ou en 2008, la forte chute d’actions provoquèrent des crises profondes pour les sociétés et les États. En effet, la grande majorité de l’argent mondial se joue dans ces endroits et les banques, qui jouent un rôle prépondérant dans l’économie en prêtant, sont les premières à s’enrichir grâce à leurs placements boursiers. Si une crise financière voit le jour, les banques, piliers de l’économie, s’effondrent. L’économie se grippe alors irrémédiablement. Pour les petits épargnants, la bourse reste un moyen risqué d’investir.

Composition du CAC 40

Le CAC 40, acronyme de Cotation Assistée en Continu, est l’indice boursier principal de la Bourse de Paris. Il réunit 40 des 100 plus grandes entreprises, c’est-à-dire celles à plus forte capitalisation boursière. Il est membre d’Euronext, première bourse de l’Europe.

Les origines de l’indice

Créé au sein de la Bourse de Paris par la Compagnie des Agents de Change le 31 décembre 1987, sur la base de 1000 points, l’indice naît officiellement le 15 juin 1988. sa création intervient après le krach de l’année précédente, qui avait modifié le monopole des transactions de la Bourse. Son objectif est de regrouper 40 des plus grandes sociétés afin de donner une idée globale de l’évolution du marché.

Comment sont choisies les 40 entreprises ?

De secteurs d’activités divers, les 40 sociétés membres de l’indice boursier représentent des valeurs qui doivent rendre compte de l’évolution générale des cours. Elles sont soigneusement sélectionnées, sur des critères de liquidité et de taille. Dans le but de maintenir une bonne représentativité de ces cours, sa composition est régulièrement revue pour d’éventuelles modifications: les entreprises qui ne répondent plus aux critères ou qui ont fusionné avec un autre groupe sont exclues de l’indice.

Introduction en bourse

L’introduction en bourse permet à l’entreprise de faire rapidement une levée de fond soit pour financer un gros projet, soit pour éponger des dettes. Mais une introduction en bourse peut-être faite sans l’accord de la société lorsqu’il y a un actionnaire qui décide de vendre une partie de ses titres.

Si l’entreprise recherche elle-même de nouveaux actionnaires, elle en trouvera moins et chaque actionnaire devra donner plus. Le passage par la bourse des valeurs permet de toucher un plus grand nombre d’actionnaires.

Il existe 4 méthodes d’introductions : 1- Offre à prix ouvert, 2 – Offre à prix ferme, 3 – Offre à prix minimal et 4 – la cotation directe.

Partager cet article !