Récolte des plantes sauvages pour les infusions santé

herbes récoltées et séchées

Mélisse déshydratée

Un certain nombre de plantes utilisées en tisanes ou en décoction poussent à l’état sauvage. Vous aurez ainsi le plaisir de consommer des herbes que vous aurez cueilli, d’avoir fait des économies et/ou de récolter des varitétés indisponibles dans le commerce. Avec en prime, une promenade en pleine nature !

La cueillette s’effectue à des périodes bien précises pour bénéficier au maximum des principes actifs de la plante. Comme pour toute cueillette sauvage, une bonne connaissance botanique est nécessaire pour éliminer tout risque d’intoxication. Par ailleurs la récolte de certaines espèces est interdite pour protéger la flore ou tout simplement parce que vous êtes sur une propriété privée – Essayez de vous renseignez-vous avant de partir.

Si cette pratique vous semble trop risquées par manque de connaissances, un grand nombre de plantes médicinales peuvent être cultivées au jardin ce qui permet d’éviter tout risque de confusion.

Comment cueillir soi-même les plantes : conseils de récolte

Récolte des fleurs : de préférence en début d’éclosion et surtout avant qu’elle ne se fanent.
Pour les  fruits : la cueillette s’effectue à pleine maturité.
Récolte des feuilles : avant la floraison et de préférence avant la formation des boutons pour avoir le maximum de principes actifs.
Ramassage de la plante entière : soit avant la floraison, soit pendant si les fleurs ont de l’intérêt.
Prélèvement de l’écorce :en automne et au printemps. Ne pas prélever l’écorce sur le tronc. Uniquement sur les petites branches.
Arrachage des racines : toute l’année. Ne prélever qu’une partie de la racine.

Pour le séchage, les étaler sur du papier journal dans une pièce aérée à l’abri de la lumière ou si cela est possible, faire des bouquets à suspendre. Un fois sèche, conserver votre récolte dans un sachet en papier type kraft ou dans une boite métallique.

Idéalement, on ne lave pas les plantes avant le séchage.

Les plantes séchées ne se conservent pas plus d’un an. Au-delà de cette période, elles perdent leur principe actif. Il est donc inutile lors de la cueillette de prendre plus de plantes qu’il n’en faut

Les risques d’intoxication

Certaines plantes se ressemblent… en cas de doute demandez d’identifier les plantes auprès de votre pharmacien. La confusion peut amener à consommer des plantes toxiques voire mortelles. Certaines d’entre elles ne peuvent être identifiées qu’à certaines périodes de l’année : au moment de la floraison par exemple. Dans ces cas là, repérez l’emplacement des plantes pour y revenir au moment de la récolte. Comme pour les champignons, ne mélangez pas les herbes entre elles pour éviter les risques de contaminations. De nombreux guides sont en vente et vous seront d’une aide précieuse comme le petit traité rustica des plantes sauvages comestibles. L’idéal restant toutefois de récolter ses plantes avec une personnes ayant des connaissances en botanique. 

Toutefois, certaines plantes sont particulièrement faciles à reconnaître comme les pâquerettes

Partager cet article !

mm

Auteur : La rédaction

Merci d"avoir lu notre article :

Récolte des plantes sauvages pour les infusions santé

shares