Les repères qualité dans l’alimentation : AOC, AOP, IGP et label rouge

Appellation d’origine protégée (AOP)

Afin de garantir à tous une alimentation saine et de qualité, dans le respect des procédures environnementales, un dispositif de contrôle des produits alimentaires et agricoles est mis en place depuis 2006. L’AOP est l’équivalent européen de l’AOC (Appellation d’origine contrôlée). Ce dispositif commun aux pays de l’Union européenne existe dans 23 langues différentes et vise à préserver la qualité des productions agricoles et le savoir-faire agroalimentaire. La dernière version de ce texte paru au Journal officiel, remonte au mois de juillet 2008 (règlement CE n° 628/2008). Les règles de l’appellation d’origine protégée sont établies également dans le but d’assurer une protection juridique à l’intérieur de l’Europe ; elles prévoient l’enregistrement des aires géographiques délimitées pour les produits dont la transformation et la fabrication doivent être issues d’une expérience reconnue, vérifiée et spécifique à chaque pays.

Logo appellation d'origine protégée
Logo AOP

Le logo AOP rouge et or fait partie de ce dispositif général. Il sert à valoriser et préserver les produits issus du terroir. Pour qu’un produit bénéficie du logo AOP, il doit être fabriqué en respectant certains modes opératoires, les origines des ingrédients entrant dans sa composition doivent être connues. Il bénéficie ainsi d’une protection le mettant à l’abri d’une éventuelle contrefaçon. Un produit refusé pour l’AOP perdra du même coup l’AOC.

La certification AOP

Pour avoir l’appellation AOP, un produit doit être contrôlé 3 fois :

L’auto-contrôle : le producteur ou fabricant enregistre toutes les données de son produit, sa traçabilité, tous les ingrédients utilisés …

Le contrôle interne : il est effectué par un ODG (Organisme de gestion) qui s’assure de la conformité du produit et que le cahier des charges est bien respecté

Le contrôle externe : il est effectué par un organisme d’inspection indépendant qui en réfère ensuite à l’INAO (Institut national des appellations d’origine).

Pour obtenir l’AOP, un produit doit tout d’abord faire l’objet d’un agrément de reconnaissance en AOC par l’INAO, puis en AOP pour l’Union européenne. Il doit être produit dans l’aire géographique délimitée par décret. Il doit être identifié et contrôlé par le syndicat interprofessionnel adéquat. Il faut respecter le cahier des charges AOP du produit qui portera le logo.

AOC (Appellation d’origine contrôlée)

Logo AOC
Sigle AOC

L’appellation d’origine contrôlée (AOC) est un label officiel français qui est octroyé à des produits traditionnels de qualité, liés à un terroir et/ou à un savoir-faire typique régional. Ce label certifie la provenance géographique des produits avec toutes les particularités que cela implique, que ce soit du point de vue de la qualité, du goût, du procédé de fabrication ou de l’aspect du produit. Les produits visés par l’AOC sont des produits issus du secteur agricole et alimentaire, comme les vins, les cidres, les fromages, les fruits et légumes, les produits laitiers, les miels, etc…

Attribution de l’AOC

La certification AOC est accordée en France par l’INAO (Institut National des Appellations d’Origine), organisme sous l’autorité du Ministère de l’Agriculture. Il existe des labels similaires dans les autres pays européens: les AOC sont les équivalents des AOP (Appellations d’Origine Protégée) européennes.

L’objectif des AOC est, du point de vue du consommateur, d’avoir la garantie de la provenance d’un produit et d’acheter un produit conforme à ses attentes. Du point de vue du producteur, il s’agit de redonner confiance au consommateur, suite aux diverses crises alimentaires. De plus, l’AOC est un moyen pour le producteur de protéger ses produits de la concurrence bon marché.

Les critères pour obtenir l’AOC sont extrêmement stricts et sont définis dans un cahier des charges par l’INAO. Toute tentative d’y déroger est sanctionnée par le service de répression des fraudes. Pour les vins, par exemple, le label AOC est accordé sur base d’une délimitation parcellaire stricte (un terroir bien défini), de limites de rendement maximum, de l’encépagement, d’un degré d’alcool minimal, de techniques de culture déterminées, de critères analytiques et, même pour certains vins, des conditions de vieillissement. En France, 400 vins bénéficient du label AOC.

Autre exemple : le fromage Pouligny-Saint-Pierre. Pour obtenir le label, il faut que le fromage provienne d’une zone géographique bien limitée. Il faut également suivre des critères d’alimentation des troupeaux. Le goût, la texture, le croûte, la tenue et même les dimensions du fromage sont passées au crible par une commission spécialisée tous les deux mois.

Les produits ayant obtenu le label sont marqués d’un logo facilement reconnaissable pour le consommateur.

Label Rouge

De nous jours nous rechercherons à nous nourrir grâce à des produits sains et de qualité. Pour nous permettre de faire le bon choix certains produits bénéficient de la certification Label Rouge. C’est avant tout un logo permettant aux consommateurs d’identifier visuellement un produit de qualité supérieur. Ce label se trouve essentiellement sur des denrées alimentaires comme de la viande, du poisson mais aussi sur certains produits agricoles n’ayant subis aucunes transformations comme les fleurs par exemple.

Obtenir le label

Le label rouge
Le label rouge

Pour bénéficier du Label Rouge les producteurs doivent faire une demande auprès de l’Institut National de l’Origine et de la Qualité (INAO) mais aussi respecter un cahier des charges détaillant tous les critères devant être respectés pour que le produit obtienne ce logo. De plus, ce produit subira par la suite des tests organoleptiques servant à démontrer que sa qualité gustative correspond bien à celle qui est attendue et agrée par le Label rouge. Pour les éleveurs de bétails, ces derniers devront certifier d’une bonne alimentation et d’une bonne santé de leurs bêtes. Par ailleurs, la sélection des animaux est aussi très importante notamment dans le milieu bovin ou certaines races de vache possèdent des qualités gustatives plus élevées que d’autres.

Les critères permettant d’accéder au Label rouge évoluent constamment en fonction des avancées scientifiques. Néanmoins, ces critères se basent essentiellement sur la traçabilité de la viande, sa méthode d’abatage mais aussi sa commercialisation. De plus, ce label fait régulièrement appel à des consommateurs anonymes devant goûter à l’aveugle différents plats. Grâce à eux, le Label rouge confirme ou non que le produit est apprécié par les consommateurs et que sa qualité est réellement supérieure à d’autres produits de la même gamme.

Posséder le Label Rouge est un élément permettant de garantir une production et une transformation du produit de haute qualité. De plus, ce logo est aussi un atout pour les producteurs qui peuvent voir leurs ventes augmentées car leur produit sera considéré comme le meilleur du marché. Les consommateurs sauront alors ce qu’ils mangent et pourront facilement accéder à un produit de qualité ayant été testé et agrée grâce à différents tests réguliers prouvant que la viande, par exemple, est saine et adaptée à la consommation.

IGP : indication géographique protégée

L’ I.G.P, « Indication Géographique Protégée », est un label européen officiel mettant en relation un produit (produit agricole et denrée alimentaire) et sa région d’origine dont il tire des spécificités. Créé en 1992 ce label permet la protection des produits dans toute l’Union Européenne.

En établissant un lien entre le produit et sa région d’origine, et dans un contexte de consommation à l’échelle mondiale, cette appellation permet au consommateur de bénéficier de garanties quant à la provenance du produit. En conséquence ce label est un atout de taille pour les professionnels qui souhaitent valoriser leurs produits issus d’une zone géographique particulière.

Logo IGP
IGP

Les démarches qualité telles que celles du type Label Rouge n’accompagnent pas systématiquement l’obtention de l’IGP dont le cahier des charges peut être élaboré par une structure collective ou un opérateur individuel. Ce cahier des charges est examiné par un comité de l’INAO (Institut National de l’Origine et de la qualité) qui le valide, puis la Commission Européenne procède à son homologation. L’état français autorise l’utilisation de cette appellation, associée à une démarche qualité, avant que la Commission Européenne n’ait rendu son avis. Cette appellation est demandée par des groupements de producteurs désirant protéger des produits portant le nom d’une zone géographique précise, d’où ils sont originaires, dont les caractéristiques peuvent être imputées à cette origine et dont la production, la transformation ou l’élaboration a lieu à l’intérieur de la zone délimitée.

Les conditions d’attribution de l’IGP sont un peu plus souples que celles de l’AOP (Appellation d’Origine Protégée) pour laquelle les qualités du produits résultent exclusivement du lieu d’origine : ainsi une IGP peut être accordée alors que seul un des trois éléments production, transformation et élaboration se déroule dans l’aire géographique déterminée (contrairement à l’AOP qui réclame les trois aspects). Le consommateur doit être prudent lors de ses achats de produits labellisés car les logos de l’ AOP et de l’IGP sont presque identiques. Une telle similitude démontre bien la proximité des garanties affichées par ces sigles, liant fortement les produits et leurs terroirs.

Partager cet article !