Tisane à l’hysope : aux propriétés expectorantes et dépuratives

Fleur d'hysope

L’hysope est une plante méditerranéenne autrefois très utilisée en cuisine qui pousse à l’état naturel.
Les propriétés de l’hysope s’approchent de celles de la sauge. Elle s’utilise pour soulager les bronchites et toux chroniques grâce à ses propriétés expectorantes. Elle a également une action dépurative et diurétique.

Préparation de l’infusion à l’hysope

On utilise l’hysope en laissant infuser 1 cuillerée à café par tasse.

Autre utilisation :

L’hysope sert également à faire des décoctions aux propriétés cicatrisantes. Appliquer en compresse sur la plaie.
Les décoctions servent également en gargarisme adoucissant en cas d’angine.

La plante en détail

L’hysope, plante médicinale également connue sous le nom scientifique d’Hyssopus officinalis. C’est une herbe aromatique vivace, poussant en arbrisseaux sur les terres passablement arides de type garrigue méditerranéenne, ou sur les pentes rocailleuses des montagnes.

Elle est aujourd’hui utilisée à des fins principalement médicinales et/ou décoratives, L’usage condimentaire, un rôle qui lui convenait pourtant à merveille, tant elle relevait toute sorte de plats, de la viande aux féculents en passant par l’aromatisation des salades a été abandonné.

Plante alimentaire biblique et ancestrale, ses propriétés sont connues et utilisées depuis des millénaires. Alors que dans la bible, le peuple d’Israël en trempait un bouquet dans le sang pour purifier les habitations, la médecine, elle, en utilise tout ou partie pour désinfecter le corps et aider à la digestion, ainsi que pour ses propriétés stimulantes ou expectorantes.

On en extrait également une huile essentielle (HE) neurotoxique pouvant provoquer des crises d’épilepsie graves. La distribution de cette HE est donc fortement réglementée, même si le niveau de distillation dans les préparations courantes est trop faible pour provoquer de véritables lésions nerveuses. Cette huile essentielle permet essentiellement de dégager les voies respiratoires en cas d’infection bronchique, mais est à utiliser avec modération.

Semée en février-mars, une première récolte peut-être opérée en juin. En la coupant à mi-hauteur, on permet une seconde floraison en septembre, bénéficiant ainsi de vigoureux buissons d’Hysope. Les fleurs bleues, roses ou blanches seront du plus bel effet dans les rocailles des jardins, s’ils reçoivent assez de soleil et peu d’humidité.

Partager cet article !