Le joint hydraulique (étanchéité)

Un joint hydraulique est une pièce qui permet de réaliser l’étanchéité entre 2 autres pièces. C’est un produit courant que l’on retrouve dans de nombreuses applications. Il est principalement utilisé dans les vérins hydrauliques qui se trouvent sur les pelleteuses, tractopelles, bulldozer et autres appareils de levage équipés de vérins. Les joints hydrauliques sont utilisés dans tous les milieux : Agriculture, Engins de TP, Maritime (porte d’entrée des voitures ou cargaisons), milieux médicaux …etc.

Les conditions d’utilisation et les produits en contact déterminent la matière utilisée pour sa fabrication. Pour déterminer la bonne matière d’un joint hydraulique, il faut connaitre :

  • Le type de fluide en contact
  • Si l’étanchéité est statique ou dynamique
  • La température de ce fluide
  • La pression de service du système à étancher
  • La pression maximale que peut atteindre le système
  • Les normes entourant l’utilisation du système

Etanchéité du jointLes matières les plus courantes sont NBR, FPM, EPDM, SILICONE, POLYURETHANE dans des duretés allant du 60 shores A ou 100 shores A.

Le plus courant et le plus connu est le joint torique. Sinon on peut différencier plusieurs familles :

  • Joints de piston
  • Joints de tige
  • Joints racleur
  • Joints plat

Les sociétés spécialisés dans la fabrication et la vente de joints d’étanchéité sont peu nombreuses en France. Souvent, ces sociétés proposent des produits complémentaires comme des bagues de guidages, des coussinets, des bagues anti-extrusion voir même des rotules.

Quelques exemples de joints

Voici quelques exemples de joints hydrauliques standard qui se montent dans des vérins :

  • Joint à lèvres symétriques : il se monte en tige ou en piston. Selon sa matière, il résiste à des pression allant de 100 bars à 400 bars.
  • Joint racleur à cage métallique : C’est le plus courant des racleurs. Sa fonction est d’empêcher les impuretés extérieures d’entrées dans les chambres du vérins.
  • Joint torique : C’est le moins cher de tous. Il est principalement utilisé pour étanchéité statique.
  • Joint de piston double effet : Composé de 3 ou 5 parties, il assure l’étanchéité entre les 2 chambres du vérin ainsi que le guidage du piston.

Le joint torique en élastomère

Le joint torique est utilisé dans de nombreuses applications . C’est le joint le plus utilisé pour réaliser une étanchéité. On en trouve dans les engins de travaux publics avec les vérins hydrauliques, dans les seringues, dans certains briquets
Le joint torique est une pièce en élastomère de forme circulaire. Il est utilisé pour réaliser des étanchéités statiques essentiellement. La désignation est exprimée par le Diamètre intérieur x Diamètre de Tore .

Joint torique en NBR

Les élastomères (les matières)

– Le nitrile ( NBR ) est l’élastomère le plus courant. Il est utilisé essentiellement dans les étanchéités avec de l’huile hydraulique. Plage de température : -30 + 100 °C pour une bonne utilisation.
– Le FPM est l’élastomère le plus chère. Il est utilisé pour les hautes températures. Plage de température : -40 + 200 °C pour une bonne utilisation.
– L’ EPDM est utilisé pour les applications extérieures. Cet élastomère résiste très bien aux UV.

 

Joints à lèvres pour tige et piston de vérins

Le joint à lèvres est un joint en élastomère ou polyuréthane qui réalise une étanchéité en simple effet. Selon le montage, le profil du joint à lèvres sera différent (symétriques ou décalées). On trouve 3 types de profil : Joint à lèvres symétriques, à lèvres pour piston (la lèvre extérieure est légèrement plus courte) et pour tige (la lèvre intérieure est plus courte).
Les différents joints à lèvre

Les matières courantes sont le polyuréthane, le nitrile, le FPM, l’EPDM. Selon le matériau utilisé, le joint à lèvres résiste a des pressions différentes :

  • Polyuréthane : < 400 bars
  • Nitrile, FPM et EPDM : < 250 bars

On utilise le Nitrile (NBR) pour des applications pneumatiques, le FPM lorsque la température de fonctionnement dépasse les 100°C, l’EPDM lorsque le joint est soumis aux UV ou à certains liquides de frein.

Pour améliorer la limite de pression, on peut baisser le jeu d’extrusion ou rajouter une bague anti-extrusion en matière acétal (pour les températures inférieures à 100°C) ou en matière PTFE (pour les températures inférieures à 200°C).

Les joints de vérins : schéma de fonctionnement

Il existe 3 familles de joints de vérins :

  • Les joints de tige
  • Les joints de piston
  • Les joints racleur

Représentation d’un vérin avec les joints

montage de joints de vérins

Il y a de nombreuses solutions pour réaliser l’étanchéité d’un vérin. Celle présentée ci-dessus en est une parmi tant d’autre.

  1. Joint torique
  2. Joint de piston
  3. Bague de guidage
  4. Joint U de tige
  5. Joint racleur

Les fonctions des joints de vérins

Joint torique :
Étanchéité statique en général mais peut-être utilisé en dynamique, le joint torique est le joint le plus courant dans l’étanchéité.

Joint de piston :
Dans le schéma ci dessus, le joint est composé de 4 parties. Ce type de joints a un double avantage; le joint est compact, permet une étanchéité a double effet et réalise le guidage du piston dans le cylindre.

Bague de guidage :
Cette bague permet de guider la tige. On peut trouver des montages avec 1, 2 voir 3 guidages montés côte à côte.

Joint U :
Ce joint réalise l’étanchéité au niveau de la tête du vérin ou du piston. Il est aussi appelé joint à lèvres.

Joint racleur :
Ce joint empêche la pollution extérieur de rentrer dans le vérins. Le terme de « pollution » exprime par exemple le sable, la terre, les cailloux pour les vérins d’engins T.P. .

Le coût

Les joints de vérins ont un coût de 2 à 5 % de la valeurs du vérins. Nous vous conseillons de changer systématiquement les joints lorsqu’un vérin est démonté même s’ils paraissent être en bon état.

Bague d’étanchéité ou joint SPI

Le joint SPI est une bague d’étanchéité composé d’une armature métallique enrobée de caoutchouc. Les caoutchoucs utilisés sont généralement le nitrile, le FPM. Le joint SPI est couramment utilisé dans les boites de vitesse, les pompes, les fourches de moto …

Caractéristiques d’un joint SPI

Machine avec de nombreux joinst spiIl existe plusieurs caractéristiques pour identifier correctement une bague d’étanchéité. Il faut prendre en compte l’environnement, le type d’application et le type d’étanchéité à réaliser :

  • Simple ou double lèvres : pour une étanchéité simple (Le fluide uniquement) ou double effet (fluide + pollution extérieure).
  • Pression > 1 à un bar : Lorsqu’il faut réaliser une étanchéité dont la pression est supérieur à 1 bar, il faut monter une bague d’étanchéité spécifique. En dessous de 1 bar, c’est le standard.
  • Température : La température du milieu ambiant détermine la matière. Le Nitrile résiste à une température maxi de 100°C et le FPM résiste à un maximum de 140°C.
  • Rotation ou linéaire : Si l’étanchéité à réaliser se trouve sur un arbre tournant, c’est un joint spécifique à utiliser.

Les autres matières qui existent : Il existe également des joints SPI en silicone, EPDM, PTFE vierge, polyuréthane

Encyclopédie Quantum

Auteur : La rédaction

Merci d"avoir lu notre article :

Le joint hydraulique (étanchéité)

Real Time Web Analytics