Les planètes du système solaire : Vénus, Mars, Jupiter, Saturne

L’origine du système solaire

Notre système solaire est né il y a 4,56 milliards d’années. Il s’est formé grâce à un immense nuage fait de poussières et de gaz, appelé la « nébuleuse solaire », qui s’est condensée jusqu’à s’effondrer et a pris la forme d’un énorme disque. Ce disque commença à tourner sur lui-même, son centre chauffa et se compressa, sa poussière s’évapora. Une protoétoile apparut au centre du cercle, tandis que le gaz continua de tourner autour de cette protoétoile qu’il venait alimenter en fuyant vers l’intérieur du disque. Elle donna naissance au soleil. La matière constitutive du disque se transforma en objets massifs, donnant naissance aux différentes planètes.

Planète Diamètre (Km) SatellitesTemps de révolutionDistance au soleil
Mercure4880Aucun0,24 années soit 88 jours58 millions de Km
Vénus12300Aucun0,62 années soit 226 jours108 millions de Km
Terre12756Lune1 an150 millions de Km
Mars6790Phobos et Déimos1,88 année228 millions de Km
Jupiter1432004 principaux : Io, Europe, ganymède et callisto11,86 années778 millions de Km
Saturne11930018 satellites29,46 années1427 millions de Km
Uranus4710015 satellites84 années2870 millions de Km
Neptune510008 satellites164,8 années4497 millions de Km

Les différentes étapes de la naissance de notre système ont pris chacune plusieurs centaines de milliers d’années. Quatre planètes se sont développées dans sa partie extérieure: il s’agit de Saturne, Jupiter, Neptune et Uranus, les plus grosses. Les autres planètes, Mercure, Mars, la Terre et Vénus, sont beaucoup plus petites, ce qui s’explique par l’absence de collisions. Leurs surfaces furent recouvertes par de la roche en fusion, ce qui les solidifia et leur donna leur aspect actuel. Quant à la Lune, elle fut sans doute créée suite à une collision entre la Terre, dès la naissance de celle-ci, et une autre planète. La Lune a vu sa surface bombardée de façon intensive pendant un million d’années. Les atmosphères de la Terre, de Mars et de Vénus se sont développées tardivement, sans doute du fait d’éruptions volcaniques.

Le système solaire aujourd’hui

Le système solaire
Les planètes du système solaire

Tel qu’on le voit aujourd’hui, il est le fruit d’une longue évolution depuis sa formation. Il est composé d’une étoile, le Soleil, autour duquel tournent huit grandes planètes, qui elles-mêmes sont dotées au total de 165 satellites naturels, également appelés « Lunes ». Les quatre planètes les plus proches du Soleil sont appelées telluriques (Mercure, Vénus, Terre, Mars), et sont séparées des quatre planètes gazeuses par une ceinture d’astéroïdes; les quatre gazeuses (Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune) sont suivies d’une seconde ceinture, la ceinture de Kuiper. Le système solaire comprend également cinq planètes naines: Pluton, Cérès, Eris, Makemake et Haumea.

La planète Mercure

Mercure, que l’on nomme ainsi en référence au dieu romain du même nom, est une planète de notre système solaire. Située entre le soleil et Vénus, elle est de taille trois fois inférieure à la Terre. Autre particularité notable, Mercure a une durée de révolution de seulement 87,969 jours alors qu’elle effectue un tour complet sur elle même en 58,646 jours.

Mercure, comme ses grandes soeurs Vénus, Mars et la Terre est une planète tellurique. Cela signifie qu’elle est composée de roches et de métaux et non de gaz comme le sont, par exemple, Saturne ou Uranus. Or Mercure ne possède pas ou quasi-pas d’atmosphère. On peut considérer qu’elle a une fine exosphère composée principalement de potassium et de sodium.

En raison de sa position par rapport au soleil, la planète Mercure est très chaude. En moyenne à sa surface il fait 180°C , Mais cette température peut osciller entre -180° et 430°. A la surface de Mercure on retrouve de nombreux cratères, dont le plus gros, le Bassin Caloris a un diamètre qui avoisine les 1300 km. C’est pourquoi on considère souvent que Mercure ressemble à la Lune. Pourtant on retrouve aussi des plaines et nombres d’espaces vierges à sa surface.

Les Scientifiques ont également perçu des traces de glaces aux deux pôles de Mercure. Ceci peut s’expliquer par le fait que certaines zones ne sont jamais exposées au soleil. C’est pourquoi une colonisation de Mercure pourrait être envisageables aux pôles. Mais ce n’est encore, qu’un rêve.

Vénus et la Terre : fausse jumelle

Du nom de la déesse de la féminité et de l’Amour physique, Vénus ou « l’Etoile du berger » est facilement visible dans la nuit du matin et après le coucher du soleil. Son symbole astronomique peut évoquer le miroir à main de la déesse Vénus.

Elle est la deuxième des huit planètes en partant du soleil. Et elle est avec Mercure, Mars et la Terre une planète dite tellurique composée de roches et de métaux ainsi que trois enveloppes concentriques : le noyau, le manteau et la croute. Elles sont plus petites et plus denses que les planètes de la deuxième catégorie les « géantes gazeuses » plus volumineuses mais plus légères et éloignés du soleil.

Planète Vénus
Vénus

L’exploration de Vénus par sondes spatiales a débuté dans les années 1960. Ainsi la particularité de Vénus est sa grande ressemblance géologique avec notre planète, certains parlent même de « sœur jumelle » : son diamètre vaut 95 % de celui de la Terre, et sa masse un peu plus de 80 % avec une composition chimique très proche. Elles sont nées il y 4,6 milliards d’années dans le même nuage de gaz et de poussière dans le système solaire interne. Aussi leurs surfaces montrent la même diversité : montagnes, plaines, plateaux élevés, gorges, volcans, arêtes… Cependant il est nécessaires de ne pas se méprendre face à ces similitudes apparentes car les conditions internes sont radicalement différentes avec certains phénomènes géologiques uniques.

Tout d’abord Vénus n’a aucun satellite naturel. Elle est l’exception avec Uranus a avoir un système de rotation retrograde, c’est-à-dire à reculons. Sa surface, l’une des plus sèches des systèmes solaires, est considéré comme quasiment plate mais jonchée de nombreux volcans, étrangement sans réelles coulées de lave. Avec l’atmosphère qui règne à sa surface la plus étouffante et la moins respirable on parle de « planète ardente » avec une température de 480°C et des nuages composés d’acide sulfurique.

La planète Mars

La planète Mars, aussi appelée planète rouge du fait de sa couleur, est la quatrième planète du système solaire après Mercure, Vénus et la Terre. Elle se situe entre cette dernière et la Ceinture d’Astéroïdes qui la sépare de Jupiter. Elle mesure 6794 km de diamètre pour une masse totale de 6,42 billions de tonnes.

Mars, la planète rouge
Mars, la planète rouge

Son nom grec du dieu de la guerre lui aurait été attribué principalement en raison de sa couleur rouge. Elle possède deux satellites nommés Phobos et Deimos car c’est le nom que portaient les fils jumeaux de Mars dans la mythologie grecque.

Mars fait partie des toutes premières planètes à avoir été identifiées. Avec sa température oscillant entre -120 et 25°C, elle reste malgré tout la planète la plus propice à un quelconque développement de la vie, après la Terre bien entendu. Son atmosphère est de même composition que celle de la Terre, seule diffère la proportion des éléments.

La planète présente un relief assez particulier. En effet, elle possède le massif le plus important observé à travers tout le système solaire. Il s’agit du Mont Olympus. Il mesure 24 km de hauteur mais sa base en mesure elle près de 500 km. L’élément le plus original se situe dans le fait que sa base repose elle-même à l’aplomb de falaises de 6 km de hauteur. La surface de Mars est entièrement constituée de creux et de bosses ce qui laisse fortement supposer aux scientifiques que la planète a autrefois présenté un océan à sa surface qui aurait creusé le paysage que nous connaissons actuellement.

Jupiter, une géante gazeuse

Jupiter fait partie des planètes géantes dites « gazeuses« . De par sa taille, c’est la planète la plus importante du système solaire. Ses dimensions sont imposantes car son rayon mesure 71 492 km soit pas moins de 11 fois celui de la Terre. Par comparaison, sa masse est 319 fois celle de la Terre et son volume vaut 1 300 fois celui de notre planète. En ce qui concerne l’énergie liée à cette planète, Jupiter en émet environ 70% de plus que ce qu’elle reçoit. Son intérieur est à température élevée, due à une compression gravitationnelle très lente de la planète.

La planète Jupiter, la plus grande planète
La planète Jupiter

La nuit, on peut la voir à l’oeil nu dans la ciel. Pour la localiser dans l’espace, il s’agit de la cinquième planète en partant du Soleil. Avant Jupiter se trouvent en effet Mercure, Vénus, la Terre ainsi que Mars. C’est aussi le quatrième astre le plus brillant dans la nuit (faisant suite au Soleil en première position, à la Lune et à Vénus, étoile du berger). De temps en temps et selon la période de l’année, ces rapports s’inversent toutefois.

Mythologiquement, cette planète doit son nom au dieu romain Jupiter, père de tous les dieux et gouverneur du ciel, de la terre et de l’ensemble des êtres vivants qui s’y trouvent. C’est pourquoi l’on représente la planète Jupiter par la foudre, attribut de ce dieu. Comme toute planète gazeuse, Jupiter doit faire face à des vents très violents pouvant atteindre plus de six cent km/h. Ces vents parcourent l’ensemble des couches supérieures de Jupiter. En observant cette planète de plus près, nous pouvons noter une grande zone rouge assez spectaculaire. Il s’agit en fait d’un espace de surpression : celui-ci est connu des astrologues depuis le dix-neuvième siècle.

La planète Saturne

En termes de distance par rapport au Soleil, Saturne est la sixième planète du système solaire mais en terme de taille, elle obtient la seconde place après Jupiter. Sa dénomination vient de celle d’un dieu romain du même nom. C’est pour cela que sa représentation est la faucille, symbole et attribut majeur du dieu Saturne. Ses anneaux ont été observés pour la première fois par Galilée en 1610 mais celui-ci n’avait su les identifier. Ce n’est qu’en 1656 que Christian Huygens, un Hollandais, résolut le mystère et apporta la réponse des anneaux.

Les anneaux de Saturne
Les anneaux de Saturne

Tout comme Jupiter, Saturne est une planète géante dite « gazeuse ». Dans notre système solaire, c’est également le cas pour Uranus et Neptune. Elle mesure environ neuf fois et demi le diamètre de la Terre. Elle est en grande majorité composée de deux gaz : l’hydrogène et l’hélium, mais également de particules de types différents (glace, poussière, etc…). Sa taille est très imposante par rapport à notre planète : 95 fois plus lourde que la Terre, Saturne possède environ 900 fois son volume. Une révolution entière de Saturne s’effectue en 29 années et 167 jours.

La planète possède beaucoup de satellites. Parmi ceux-ci, cinquante trois ont déjà été repérés de nos jours et ont été nommés par les astronautes. Le plus grand de ces nombreux satellites reste Titan. C’est également la deuxième plus grande lune de notre système solaire. Pour donner un ordre de grandeur, Titan est plus grand encore que Mercure. C’est la seule lune du système solaire à posséder une réelle atmosphère, ce qui fait de Saturne une planète à part entière.

La planète Uranus

Septième planète du système solaire, Uranus tient son nom de l’équivalent romain du dieu grec Cronos qui personnifie le ciel. La découverte d’Uranus, en 1781, par l’astronome britannique William Herschel, bouleversa considérablement la conception de l’univers tel que les astronomes la percevaient puisque ces derniers considéraient Saturne comme la limite extrême du système solaire. Dès lors, la taille de celui-ci se trouva doublée car Uranus, située à 2 869 milliards de kilomètres du Soleil, apparaît deux fois plus éloignée du Soleil que Saturne. Ainsi, face à un tel éloignement, il fut difficile d’obtenir des informations précises sur Uranus jusqu’à ce que la sonde Voyager II s’en approchât en 1986. On découvrit alors un astre qui ne cesse d’étonner depuis par le gigantisme de ses dimensions.

En effet, c’est l’une des quatre planètes qualifiées de géantes gazeuses de notre système solaire et la troisième par la taille après Jupiter et Saturne. Ainsi, les proportions d’Uranus apparaissent impressionnantes comparées à celle de la Terre avec, par exemple, une masse qui équivaut à 14,58 fois celle de notre planète. En outre, à l’instar des autres géantes gazeuses, Uranus est entourée d’anneaux, au nombre de treize, et il gravite autour d’elle au moins vingt-sept satellites. Parmi eux, on compte Titania, qui est le plus imposant, ou encore Miranda sur lequel on observe de profonds cratères et falaises.

En ce qui concerne la rotation et la révolution de la planète, elles s’avèrent également bien différentes de celles de la Terre. En effet, Uranus tourne sur elle-même en 17 heures et 48 minutes avec un axe de rotation dont la forte inclinaison lui donne l’apparence d’une planète couchée. Quant à sa révolution, étant donné la distance qui la sépare du Soleil, elle dure 84 ans et sept jours.

Enfin, force est de constater qu’il ne ferait pas bon vivre pour un homme sur Uranus. En effet, la température n’excède pas -210°C au sommet des nuages et l’atmosphère, composée d’hydrogène, d’hélium, d’ammoniaque et de méthane (qui confère à la planète sa couleur bleue), rend toute vie impossible.

La planète Neptune

Neptune est la huitième planète du système solaire. Située après Uranus, elle est aussi la planète la plus éloignée du soleil avec une distance de 30 unités astronomiques, soit plus de 3 milliards de kilomètres. Elle fait le tour du soleil en environ 165 ans.

Mesurant un diamètre de 49 528 km et pesant 17 fois plus que la Terre, elle est la quatrième planète du système solaire par sa taille. Cependant, elle ne peut pas être observée à l’œil nu contrairement aux autres planètes. Elle fait également partie des géantes gazeuses avec Jupiter, Saturne et Uranus bien qu’elle pèse 19 fois moins que Jupiter.

Comme pour les autres géantes gazeuses, l’atmosphère de Neptune est composée d’hydrogène et d’hélium. A cela s’ajoute la présence de méthane, qui lui donne la couleur bleue intense observée lors du passage de la sonde Voyager 2. La surface de Neptune est balayée de vents violents (plus de 2000 km/h) contrairement à Uranus et c’est la planète la plus froide du système solaire avec une température de -230° dans ses couches externes.

Neptune possède 13 satellites dont le plus gros est Triton, avec un diamètre de plus de 2700 km. Elle possède également cinq anneaux, très sombres, dont la composition est inconnue. Ils ont découvert en 1989 puis observés par la sonde Voyager 2 quelques années plus tard.

Déjà observée au XVIIe siècle par Galilée, qui pensait qu’il s’agissait d’une étoile, il faut attendre 1846 pour que Neptune soit observée et identifiée comme une planète. Grâce aux calculs de l’astronome français Urbain Le Verrier, l’astronome allemand Johann Gottfried Gallea a pu observer Neptune au télescope le 23 septembre 1846.

Partager cet article !