Verre de laboratoire de chimie : Propriétés et résistances

Verre de laboratoire de type « borosilicaté » et  « sodocalcique »

Il existe principalement deux sortes de verre de laboratoire :

  • le verre borosilicaté
  • le verre sodocalcique

Ils se différencient par leurs compositions chimiques et leurs propriétés physiques.

Composition chimique du verre borosilicaté (valeurs approximatives)

Il est constitué de 80% de silice. Il a pour avantage d’avoir un très faible coefficient de dilatation tout en gardant de bonnes propriétés en résistance aux chocs thermiques. A titre de comparaison, il est 3 à 4 fois plus résistant que le verre classique. La verrerie de marque Pyrex ® est réalisée en verre borosilicaté.

– SiO2 : 80%
– B2O3 : 14 %
– Na2O : 4 %
– Al2O3 : 2%

Les verre boro 3.3 doivent être fabriqués en respectant  la norme ISO 3585.

Ils sont très résistant à l’eau ( faible perte de Na2O), aux attaques acides, aux solutions salines et aux solvants organiques.

La résistance aux solutions alcalines est modérée mais elle satisfait les exigences de la classe 2 selon les normes ISO695 et DIN52322.

Comme les autres verres, la résistance à l’acide fluorhydrique et l’acide phosphorique concentré et chaud est faible. Ils ne doivent pas être utilisés avec ces produits chimiques.

Composition chimique du verre sodocalcique

Légèrement moins chargé en silice, c’est la composition la plus standard. Cette formulation est utilisé dans 90% de la fabrication des verres (dans le vitrage, les bouteilles … etc., c’est le verre classique ou ordinaire). En chimie, il est utilisé pour toutes les applications qui ne demandent pas une longue durée de résistance chimique  et  pas de contraintes thermiques, comme pour les pipettes par exemple.

– SiO2 : 69%
– Na2O : 16 %
– CaO : 5 %
– Al2O3 : 4%
– Oxydes divers : 6 %

Il existe également des récipients de laboratoire en plastique mais ils sont moins utilisés. Le verre, ordinaire ou borosilicaté, présente de nombreux avantages par rapport au plastique :

  • Facilité de stérilisation en autoclave.
  • Non déformable.
  • Résistance aux chocs thermiques importante  (Boro 3.3).
  • Résistance aux produits chimiques plus importante.
  • Le verre résiste très bien à l’électrolyse et à la plupart des acides.

Par contre, l’inconvénient majeur est sa fragilité aux chocs. Le verre se casse plus facilement que le plastique. De plus, son prix est bien supérieur.

Dans tous les cas, les verreries de précision ( fioles jaugées) ne doivent être ni chauffées ni utilisées pour la préparation de solutions exothermiques afin de garantir la précision volumétrique du contenant.

verre de laboratoire
Quelques exemples du verre de laboratoire

Partager cet article !