La dysphasie chez l’enfant et l’adulte avec ses traitements

Pathologie peu connue, elle touche environ 2 % de la population française, dont 1 % d’enfants, plus particulièrement les garçons, soit environ 600 000 enfants scolarisés. L’origine de ce trouble fait aujourd’hui l’objet d’une recherche médicale et reste encore à l’état d’hypothèses.

Définition de la dysphasie

La dysphasieLa dysphasie appelée aussi «trouble primaire du langage» affecte principalement la compréhension et l’expression du langage chez l’enfant ou l’adulte. Il s’agit d’un trouble du développement et de l’organisation du système neurologique, présent dès la naissance. Ce problème peut survenir plus tard, par suite d’un accident vasculaire cérébral ou d’une cause diverse et sera alors dénommé «aphasie».

Ce trouble structurel concerne essentiellement le langage oral. Les autres fonctions motrices ou sensorielles se développeront normalement ou pourront être affectées de manière plus légère.

Les conséquences de la dysphasie portent sur la réception et la compréhension du langage, sur la production des sons et sur l’agencement des mots au sein d’une phrase. Le langage dysphasique est fait de bribes, de morceaux de mots, il peut suffire à un enfant pour se faire comprendre dans sa vie quotidienne mais sera néanmoins lourd de conséquences pour son parcours scolaire. En effet, un retard dans la formulation du langage oral, outil essentiel d’une bonne progression scolaire, retentira inéluctablement sur l’acquisition du langage écrit et de ce fait, dans l’apprentissage scolaire en général.

Il existe différentes formes de dysphasie qui se présentent par des retards simples de la parole avec des formulations incorrectes voire inintelligibles, des difficultés à trouver les mots, des difficultés de compréhension ou une impossibilité à différencier certains sons.

La dysphasie, en touchant la compréhension et l’expression du langage, s’installe durablement à l’inverse d’un simple retard de langage qui peut être rattrapé dans le temps. Il s’agit donc d’une pathologie sévère et durable qu’il convient de traiter au plus vite.

Les traitements adaptés

La médecine traditionnelle ne propose aucun traitement allopathique, homéopathique ou chirurgical aux enfants souffrant de dysphasie sévère. L’orthophonie est la principale thérapie pour enrayer les troubles liés à la dysphasie. Il va d’abord poser un diagnostic précis pour aider ensuite l’enfant dans sa communication. La rééducation est longue et les progrès sont lents, nécessitant une aide constante des parents à la maison.

L’enfant peut également suivre une rééducation mimogestuelle qui diminuera tension et anxiété et l’aidera lorsque les mots ne viendront pas. L’enfant devra utiliser des gestes lorsque les mots lui manqueront. Le thérapeute accompagnera également sa parole de gestes qui aideront l’enfant à mieux comprendre et à mieux reproduire les mots.

La kinésithérapie, par le travail du corps, permet aux enfants privés de mots, de trouver de nouveaux repères et d’utiliser des sensations corporelles pour mieux percevoir et comprendre leur environnement. S’il est constaté d’autres troubles que ceux liés au langage, la thérapie pourra être complétée avec une prise en charge par un psychologue, pédopsychiatre ou psychomotricien.

Partager cet article !