Pêche à la mouche de la truite : Technique et matériel

La pêche à la mouche est une technique de pêche de rivière ou de lac dont le principe consiste à leurrer le poisson avec une mouche artificielle imitant les éphémères flottant à la surface de l’eau. Cette technique est particulièrement adaptée à la truite et se différencie des autres pêches car contrairement aux autres techniques de pêche, la truite est aisément repérée à l’aide des gobages qu’elle fait à la surface de l’eau.

Pêche à la mouche
Un pêcheur à la mouche

Le choix du matériel

Le matériel comprend une canne à mouche, un moulinet, une soie, une queue de rat et des mouches artificielles. La canne à mouche est une canne assez courte qui mesure entre 6 et 9 pieds (entre 1,80m et 2,8m). Une canne longue permettra de lancer plus loin la mouche mais sera moins pratique à utiliser dans les espaces encombrés ou dans les petites rivières. Un autre critère de choix est sa rigidité : une canne souple est plus facile à utiliser pour un débutant mais a un plus faible rayon d’action en terme de distance.

Le choix du moulinet est particulièrement important : il est fortement conseillé d’opter pour un moulinet à rembobinage automatique malgré le coût de l’investissement : une simple action sur la gâchette permet de rentrer facilement et rapidement la soie. A noter qu’il existe des moulinets se montant à plat, ce qui a l’avantage d’équilibrer la canne au niveau du poignet.

Le principe de pêche à la mouche sèche

Le principe de cette technique de pêche consiste à envoyer une mouche en amont (entre 50 cm et 1 mètre) de l’endroit où a été repérée une truite ou dans une zone potentiellement occupée. Pour cela, on utilise la souplesse relative de la canne pour effectuer des huit de plus en plus amples, puis projeter la mouche à l’endroit voulu : ce geste caractéristique a également donné le nom de pêche au fouet. Le geste est assez difficile pour le néophyte en raison de sa technicité : au fur et à mesure, le pêcheur libère de la soie de son moulinet et doit parfaitement synchroniser les aller-retour au risque de voir la soie s’emmêler. La présence d’arbres, de rochers ou tout simplement d’herbes hautes sont autant d’obstacles où la mouche peut s’accrocher et s’abîmer. Il est donc assez périlleux pour les moins expérimentés de diriger la mouche avec aisance au milieux de tous ces obstacles. Un bon entraînement dans un pré permet de maîtriser le geste et acquérir de la précision.

Ce geste de fouet en forme de huit a également pour but d’assécher la mouche. En effet, à chaque fois qu’elle se pose sur la surface, ses poils se chargent d’eau et a tendance à couler perdant ainsi toute son efficacité.

Une fois que la longueur de soie sortie du moulinet permet d’atteindre la cible, il faut poser la mouche à la surface de l’eau avec le plus de douceur possible : le fil doit se poser sur l’eau avant la mouche qui se dépose ensuite à la surface comme le ferait une véritable éphémère. Une fois sur l’eau, la mouche doit descendre la rivière à l’endroit précis où se trouve la truite car celle-ci ne se déplace quasiment pas pour aller chercher sa proie, ce qui n’est pas toujours facile en raison du courant. Si la truite n’a pas mordu, il faut renouveler l’opération.

Si le pécheur constate que les truites ne montent pas sur la mouche, il faut alors la changer pour essayer une nouvelle couleur : l’observation des insectes flottants sur l’eau permet d’ajuster son choix. Mais si tout se passe bien, la truite viendra gober la mouche : un ferrage rapide et sec permet d’accrocher la truite la truite à l’hameçon. Attention toutefois à laisser le temps à la truite de gober la mouche : une erreur fréquente du pêcheur débutant est d’enlever la mouche avant même que la truite ait le temps de refermer la bouche sur la mouche. Le ferrage ne doit toutefois pas être trop violent, au risque d’arracher une partie de la mâchoire de la truite. Une fois ferrée, l’utilisation d’une épuisette est vivement conseillée en raison de la souplesse de la canne et de la relative faible résistance du bas de ligne.

Partager cet article !