L’ex-PDG de Google, Eric Schmidt, vend 42% de ses actions

Eric Schmidt, président de Google de 2001 à 2011 et actuellement président exécutif, vient d’annoncer sa décision de vendre 42% des actions qu’il détient dans Google durant l’année 2013. La vente de ses parts se fera tout au long de l’année afin de ne pas faire flancher la bourse.

42% de ses parts, cela représente 3,2 millions d’actions qui ont une valeur actuelle de 779 dollars. Au final, l’ex-PDG devrait empocher la coquette somme de 2,5 milliards de dollars (C’est son banquier qui va être content !). Cela va lui assurer une retraite confortable, surtout que le bonhomme est déjà milliardaire. Mais au-delà de ses chiffres astronomiques, quelles sont les éventuelles raisons qui l’ont poussé à prendre cette décision ?
schmidt

L’entreprise Google de ces 2 dernières années

C’est en avril 2011 qu’Eric Schmidt a cédé sa place de Président Directeur Générale à Larry Page, co-fondateur de Google. Ce dernier a entreprit d’énormes réformes comme l’unification des comptes des différents services de Google, l’amélioration des algorithmes de classement, l’arrêt des services obsolètes et peu rentable … La rentabilité semble être au cœur de toutes ses réformes et améliorations : le résultat est net et sans appel, l’action a atteint un record historique avoisinant les 780$.

Prise de bénéfices avant une potentielle chute de l’action ?

Alors quels sont les raisons qui ont pu motiver Eric Schmidt de se séparer près de la moitié de ses titres ?

L’hypothèse la plus raisonnable : Mr E. Schmidt est avant tout un financier. Il cherche donc à vendre ses actions car elles crèvent le plafond et ne cessent de battre des records de valeurs. Pourtant, Mr Schmidt est déjà tellement riche et il est toujours en fonction au sein de la société en tant que Président exécutif. Peut-on voir une autre raison, plutôt cachée, derrière sa décision ?

L’hypothèse possible qui doit être cachée : L’entreprise Google se trouve de plus en plus souvent à la Une des journaux pour des problèmes qui peuvent, à terme, déstabiliser la société.

  • Aux Etats-Unis, Google s’est sorti, sans trop de dommages, d’une enquête de la FTC (Federal Trade Commission).
  • En Europe, la Commission Européenne enquête actuellement pour déterminer s’il y a un abus de position dominante. Si cette commission statut sur un abus de position dominante, la facture sera tout simplement énorme même pour le moteur de recherche.
  • Les organismes de Presse de plusieurs pays se rebellent afin de demander une compensation financière car Google génère des millions d’Euros de chiffre d’affaire en reprenant gratuitement les écrits des journalistes. En France, le moteur de recherche s’en tire assez bien avec un accord de 60 millions d’euros.
  • L’optimisation fiscale de Google fait grincer les dents de nombreux dirigeants européens. En France, l’entreprise américaine génère 1,4 milliards d’euros de chiffre d’affaire et pourtant, elle ne paie pratiquement rien comme impôt. Selon le Canard Enchainé, le fisc français serait en train d’enquêter et s’apprête à réclamer 1 milliards d’euros.
  • De nombreuses sociétés se sont regroupées pour attaquer Google et ses pratiques déloyales : Mise en avant de ses propres services comme le comparateur Shopping.

Si l’une ou plusieurs de ces affaires finissent mal pour Google, il y a un gros risque d’un effet boule de neige pour l’entreprise Google et son action risque de fortement chuter.

La conclusion

Ce ne sont que des hypothèses, il est certain que la Bourse américaine va surveiller Google et Eric Schmidt afin de s’assurer qu’il n’y ait pas un délit d’initier. En tout cas, le bonhomme va empocher un sacré pactole !

Encyclopédie Quantum

Auteur : La rédaction

Merci d"avoir lu notre article :

L’ex-PDG de Google, Eric Schmidt, vend 42% de ses actions

Real Time Web Analytics