Les bioplastiques : l’alternative aux produits 100% pétrole

Les matières plastiques sont polymères  : polypropylène, polyéthylène, polystyrène. Depuis 50 ans, elles ont envahie notre vie quotidienne : bouteilles d’eau, sacs plastiques, objets divers, etc…  Elles s’avèrent très pratiques (on peut leur donner facilement n’importe quelle forme) et peu coûteuses. Mais elles posent un énorme problème environnemental. Elles sont en effet principalement issues du pétrole et ne sont pas biodégradables. Pour preuve, le 7ème continent qui s’est formé dans l’océan pacifique. Il est grand comme 3 fois la France et constitué de plastique.

Développement durable oblige, les industriels de la chimie ont mis au point de nouvelles matières plastiques biodégradables ( certaines sont compostables) à partir de ressources renouvelables végétales ou animales : ce sont les bioplastiques.
Cependant le terme bioplastique englobe également les plastiques biodégradables d’origine fossile tel que le pétrole, ce qui peut engendrer une certaine confusion.

Ces nouveaux matériaux sont créés pour la plupart à partir de végétaux et notamment le maïs. Les autres céréales, les tubercules et les plantes sucrières, les algues offrent également des perspectives de production. Elles sont sélectionnées suivant les propriétés physico-chimiques recherchées des plastiques : transparence, élasticité, réactivité.

Pollution par les sacs plastiques
Pollution par les sacs plastiques

Parmi les bioplastiques en plein essor, citons l’acide polylactique (PLA) qui est utilisé pour les imprimantes 3D. Biodégradable et non-toxique, c’est un consommable très intéressant pour les particuliers.

Le marché des bioplastiques connait un essor considérable et cela devrait durer encore longtemps.

Les bioplastiques sont-ils parfaits ?

Malheureusement, pour l’instant, non.

  •  Les scientifiques n’ont pas encore assez de recul sur la biodégradabilité dans le milieu naturel. Celle-ci pourrait ne pas être aussi bonne que celle espérée.
  • Le prix est plus élevé que pour les dérivés 100 % pétrole
  • Les propriétés physico-chimiques n’égalent pas celles des plastiques traditionnels
  • L’absence d’OGM n’est pas garantie
  • Si les plastiques sont incinérés et non biodégradés, leur avantage écologique est fortement diminué
  • Leur production est gourmande en énergie
  • Elles peuvent contenir des dérivés pétroliers et donc participer à l’augmentation de l’effet de serre.

Les alternatives au plastique

Le recyclage des plastiques, malgré les filières de collecte mises en place, reste trop faible. Il suffit de voir les quantités impressionnantes de déchets le long des routes pour constater le manque de sagesse des humains. Les animaux souffrent des déchets laissés par l’homme que ce soit en mer ou sur terre.

La meilleure solution est donc de bannir le plus possible ces matériaux, ce qui constitue la seule garantie de ne pas les retrouver un jour dans la nature. Les courses alimentaires sont une grande source de déchets plastiques. Voici quelques pistes pour diminuer leur quantité :

  • acheter les denrées en vrac
  • choisir des produits sans sur-emballage
  • privilégier les contenants en verre
  • supprimer les produits à usage unique  (paille, coton-tige, couvert, assiette et gobelet)

Partager cet article !