Ginkgo biloba : description de l’arbre aux quarante écus

Les feuilles du ginkgo sont utilisées en médecine chinoise depuis des millénaires. C’est un arbre particulièrement résistant dont les feuilles contiennent de nombreux principes actifs. De récentes études ont démontré ses propriétés neuroprotectrices utiles en cas de maladie d’Alzheimer léger. Il diminue le déclin cognitif et améliore la mémoire tout en protégeant les fonction cérébrales.

Caractéristiques du Ginkgo biloba

Le Ginkgo biloba est un arbre à feuilles caduques. Il mesure une trentaine de mètres, à port généralement élancé et conique, avec une cime étroite. Il a un ou plusieurs troncs. Les branches forment avec l’axe qui les porte un angle aigu. Elles sont habituellement droites. Les ramifications sont très souples, et peu abondantes, particulièrement chez les jeunes sujets.  L‘écorce est gris-brun à brun foncé, profondément creusée de sillons réticulaires. Le tronc est parfois bossu à la base, mais effilé et régulier en hauteur.

Les feuilles sont éloignées les unes des autres sur les jeunes pousses, ou regroupées en touffes sur les pousses des années précédentes. Cela lui donne à l’arbre dénudé en hiver un aspect étrange. Elles sont en forme d’éventail, d’environ 10 cm de longueur, à nervation fourchue, plus ou moins divisées en deux lobes. Celles des jeunes pousses sont en général moins divisées. Elles ont un long pétiole et sont vert pâle ou plus soutenu. Le ginkgo est une espèce dioïque. Les fleurs mâles sont des chatons cylindriques jaunes, regroupés sur les anciennes pousses. Les fleurs femelles sont réunies par 2 ou 3. Les ovules sont libres, relativement petits, ovoïdes. La pollinisation est assurée par le vent.

Ginkgo Biloba, arbre aux quarante éus
Ginkgo Biloba, l’arbre aux quarante écus

Après la fructification, le fruit se développe à la manière d’une drupe, la graine étant entourée d‘une enveloppe charnue, verdâtre ou jaunâtre. Elle dégage une odeur désagréable quand on l’écrase.

  • On les trouve : Partout, comme arbre d‘ornement dans les parcs ou au bord des routes.
  • Floraison : Mars à avril.

A propos de l’arbre aux quarante écus

L’arbre aux quarante écus est le dernier survivant d’un groupe de gymnospermes qui comptait de nombreuses espèces répandues dans le monde pendant l‘ère secondaire. On a retrouvé les feuilles fossiles des espèces disparues. Ces aiguilles en forme d‘éventail étaient beaucoup plus découpées que celles de notre arbre aux quarante écus. Les aiguilles ont donc subi au fil de l’évolution des modifications de leur morphologie.

Le ginkgo est actuellement le seul gymnosperme dont les aiguilles soient planes. La nervation fourchue est un caractère typiquement plésiomorphe : les nervures se séparent en éventail dès la base du pétiole. Elles sont particulièrement visibles quand on regarde la feuille à contre-jour. Ce type de nervation rappelle la structure de certaines feuilles de fougères. Cela permet de supposer que les ancêtres des gymnospermes appartenaient à ce groupe. D‘autres caractères archaïques de l’arbre aux quarante écus lui confèrent une position très isolée dans la phylogénie des plantes à fleurs. Il constitue même un genre mono-typique (une seule espèce). 

Il est originaire de Chine, mais on ne le rencontre pratiquement plus à l’état sauvage. Tous les sujets plantés en Occident depuis 1730 proviennent d‘arbres de jardins des temples d’Extrême-Orient.

Partager cet article !