La Mouette de Bonaparte

Mouette bonaparte
La mouette Bonaparte

La mouette de Bonaparte possède un nom bien particulier. Celui-ci provient du nom du célèbre ornithologue français Charles Lucien Bonaparte. Ce dernier a découvert cette espèce au cours du XIXe siècle. A savoir également que la mouette de Bonaparte est classée préoccupation mineure selon le classement de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

De la famille des Laridés, la mouette de Bonaparte est souvent confondue avec la mouette rieuse. Pourtant, cette dernière est plus grosse. La mouette de Bonaparte se reconnaît grâce à sa tête noire. Le dessous de son ventre se rapproche du blanc ou du beige alors que le dessus est gris. L’oiseau mesure une trentaine de centimètres pour environ 200 grammes. Cette race est née à l’origine en Amérique du Nord mais peut vivre de nos jours, en petit nombre toutefois, sur la partie ouest de l’Europe, dans un arc allant de l’Espagne à la Norvège. Enfin, quelques couples peuvent être vus sur les îles japonaises.

L’habitat de la mouette Bonaparte

Les mouettes de Bonaparte aiment les régions fraîches, notamment les grandes forêts de certaines îles ou à proximité de grands lacs. Lors de l’hiver, elles se rapprochent des points d’eau ou partent vivre au-dessus des océans. Les mouettes de Bonaparte, au Canada, là où elles sont présentes en plus grand nombre, partent vers l’ouest de fin juillet à novembre. Habitant bien souvent en couple, elles fabriquent leur nid dans des épicéas. Cela est particulièrement différent des autres espèces qui s’installent directement au sol.

La nourriture de cette espèce se compose principalement d’insectes. Pourtant, en hiver, elles apprécient plus les poissons ou d’autres petits animaux marins. Pour pêcher ces dernières, elles peuvent se poser sur l’eau ou attraper ceux qui remontent à la surface grâce à un vol en piqué.

La mouette de Bonaparte est donc un oiseau très sauvage, qui ne se rapproche en aucun cas de l’habitat humain. En effet, elle ne cherche pas sa nourriture parmi les ordures. Elle vit en couple, ne formant une bande que lors des moments de pêche. Enfin, elle fait de petits cris aigus que l’on surnomment des « tir-tir » de sterne.

Partager cet article !